Bitcoin, c’est quoi?

Il est créé en 2009 par une personne (ou un groupe) sous le pseudonyme de « Satoshi Nakamoto ». Avec plus de 200 millions d’utilisateurs aujourd’hui, le bitcoin est aujourd’hui la crypto-monnaies la plus populaire dans le monde. Il va bientôt changer le modèle économique de l’Afrique, et du Sénégal plus particulièrement.

Les utilisateurs de Bitcoin peuvent envoyer de l’argent partout à travers le monde. Sans infrastructure bancaire ni frais de change et ce, à partir d’un simple smartphone. Ce qui facilite grandement les transactions financières entre particuliers, surtout dans les pays en voie de développement.

Le bitcoin

Bitcoin, la première cryptomonnaie

Le Bitcoin peut être défini comme un actif numérique décentralisé. Contrairement aux banques, il n’est contrôlé par aucune organisation ou autorité centrale.

Le CFA est garantie et réglementée par le gouvernement qui l’émet. Quant au Bitcoin, il fonctionne grâce à une combinaison de technologie, de réseau et de logiciels de cryptographie.

Le Bitcoin est une monnaie basée sur la confiance que lui accordent les utilisateurs. Là où les monnaie FIAT sont basé sur la confiance dans les institutions, qui elles, ont démontré leurs limites en cas de crise.

Le peer-to-peer :

Ce système est également appelé « Peer-to-Peer Electronic Cash System » (système de monnaie électronique de pair à pair). Le réseau de « mineurs » approuvent les transaction. Ces mineurs, font fonctionner des ordinateurs qui résolvent des équations complexes donnant lieu à la création de bitcoins.

Pour comprendre le fonctionnement du bitcoin, nul besoin d’être un expert. En effet, bien que la technologie puisse être assez complexe, les bases ne sont pas difficiles à assimiler.

Comment fonctionne le Bitcoin ?

Un bitcoin n’a pas d’équivalent physique. Il s’agit d’un fichier informatique stocké dans un portefeuille numérique, sur un PC ou un smartphone.

Pour comprendre le fonctionnement des crypto-monnaies, il est utile de comprendre ces termes et un peu de contexte :

  • Blockchain : le Bitcoin est basé sur un code source ouvert, appelé blockchain. De ce fait, il crée un enregistrement permanent de chaque transaction organisées en « blocs » pour éviter toute manipulation. Cette technologie est au cœur de toutes les crypto-monnaies actuelles, qui ont suivi les traces du bitcoin.
  • Clé publique et privée : un portefeuille Bitcoin comprend une clé publique et une clé privée. Réunies, elles permettent à son détenteur d’initier des transactions et de les signer numériquement, confirmant ainsi leur autorisation.
  • Mineurs : membres de la plateforme peer-to-peer, utilisent des ordinateurs pour valider indépendamment une transaction, généralement en 10 à 20 minutes.

Qu’est-ce que le minage ?

Les mineurs de bitcoins – également appelés « nœuds » – valident et ajoutent progressivement les transactions effectuées à la blockchain, qui contient un enregistrement complet, public et permanent de chaque transaction en bitcoins.

Les mineurs sont récompensés en bitcoins pour leurs efforts, ce qui encourage et maintient le réseau actif. Ce réseau indépendant réduit également le risque de fraude ou de saisie de fausses données, car les mineurs doivent tous valider l’authenticité de chaque bloc de données avant qu’il soit ajouté à la blockchain, un processus connu sous le nom de « Preuve de Travail » (Proof of Work – PoW).

Quelle est la différence entre une clé publique et une clé privée ?

Ces termes viennent de la cryptographie. Utilisé dans beaucoup de domaine, comme dans le chiffrement de message. Pour faire simple, la clé publique sert à chiffrer tandis que la clé privé sert à déchiffrer.

Dans notre cas, la clé publique sert à recevoir de la cryptomonnaies. Comme son nom l’indique, c’est la clé que vous devez donner sans risque. Alors que la clé privé est celle qui donne accès à ce que vous possédez. Elle est précieuse.

Une adresse ressemble à cela : 34xp4vRoCGJym3xR7yCVPFHoCNxv4Twseo.

Il faut savoir que les wallet, quels qu’ils soient, sont visible par tout le monde via la clé publique. Chaque transaction est immuable. Je vous laisse vérifier le contenu de cette adresse grâce au site https://btcscan.org.

Comment stocker vos Bitcoins ?

Ce qu’il faut comprendre, c’est que vos Bitcoins, comme toutes vos cryptomonnaies, sont associés à votre clé privé. Cela signifie qu’en disant « stockage de Bitcoins » il faut entendre stockage de votre clé privé.

Il est possible de stocker les Bitcoins dans trois types de portefeuilles (wallet) :

Cold wallet (portefeuille froid)

Un dispositif portable crypté telle que Ledger ou Trezor, semblable à une clé USB. La clé privé est stocké crypté, protégé par un mot de passe. Personne n’accède à votre clé privé même pas vous.

Le bitcoin

Paper Wallet (Wallet papier)

Le plus haut niveau de sécurité, puisque hors du réseau. Vous seul connaissez la clé privé, devez la noter et la conserver précieusement. Le principal risque est de perdre cette clé, pas de backup possible. Il est également risqué de la stocker informatiquement, (PC, smartphone…) en cas de défaillance, de piratage ou de perte de celui-ci.

Hot wallet (portefeuille chaud)

La monnaie numérique est stockée auprès d’un fournisseur de services ou d’un « exchange » de confiance. Elle peut être consultée à partir d’un PC ou d’une application pour smartphone. Sur le plan technique, ils possèdent votre clé privé. Vous êtes donc exposé au piratage si leur sécurité est mauvaise. Exodus, MetaMask, Binance…

Pourquoi le Bitcoin a-t-il tant de valeur aujourd’hui ?

L’offre et la demande sont les principaux déterminants de sa valeur. L’offre de bitcoins est limitée à 21 millions de jetons. Ce qui en fait une monnaie assez rare par rapport à d’autres devises dont l’offre est illimitée.

Le Halving

Tous les quatre ans, l’émission de nouveaux bitcoins est réduite à l’occasion d’un événement, appelé « Bitcoin Halving Event » ou « halving », qui consiste à diviser par deux le nombre de bitcoins étant offert comme récompense au mineurs.

La dernière division, en mai 2020, a ainsi fait passer les récompenses de minage des BTC de 12,5 BTC à 6,25 BTC, ce qui a entraîné un déséquilibre de l’offre ; la demande de nouveaux bitcoins étant désormais supérieure au nombre de bitcoins minés. A la suite de cette dernière opération, le bitcoin à été surnommé « l’or digital ».

Le halving est l’un des facteurs les plus importants qui influencent le prix du bitcoin et il a un impact sur son prix chaque fois qu’il se produit.

La crise pour une adoption massive

Les autres facteurs sont les développements et innovations sur le réseau, mais aussi le taux d’adoption institutionnelle et individuelle. En effet, la valeur du bitcoin en tant que monnaie, n’augmentera que dans la mesure où les gens lui font confiance et sont prêts à l’accepter comme moyen de paiement ou réserve de valeur.

Une des raisons pour laquelle le bitcoin a pris de la valeur vient du fait qu’à la suite de la crise économique de 2008, et ensuite durant la pandémie de COVID, les gouvernements du monde entier on « fait marcher la planche à billets ». C’est ainsi qu’ils ont injecté des centaines de milliards en monnaies fiduciaires pour relancer leurs économies respectives, au risque de provoquer à nouveau une nouvelle crise financière encore plus grave que la précédente.

Cette peur de l’inflation a incité de nombreuses institutions à travers le monde à remettre en question leurs propres politiques monétaires. Beaucoup ont ainsi diversifié une partie de leurs actifs dans d’autres valeurs telles que le bitcoin. Cet engagement de la part des institutions a entraîné un regain de confiance de la part des particuliers qui se sont mis à investir à nouveau dans le bitcoin.

Les fluctuations du bitcoin

Il est à noter que ce sont ces même particuliers qui sont généralement responsables des fluctuations du bitcoin. En effet, la volatilité des crypto-monnaies est principalement due a un marché encore « immature », composé de nouveaux venus. Ces derniers sont souvent très sensibles aux émotions, à la peur et à l’appât du gain et provoquent la plupart des réactions extrêmes, à la hausse ou à la baisse.

De même, les fréquents changement de réglementations et de politiques remodèlent constamment le marché et provoquent de drastiques fluctuations.

Viennent ensuite les réseaux sociaux, où les tendances sociales et virales, comme « WallStreetBets » ou Elon Musk sur Twitter, provoque l’euphorie ou inversement faire souffler un véritable vent de panique sur les marchés.

Les médias sociaux ont cette capacité unique d’influencer le marché du Bitcoin. Une raison de plus pour les investisseurs occasionnels de redoubler de prudence.

Le Bitcoin

Avantages du Bitcoin

Le bitcoin présente de nombreux avantages, dont certains sont énumérés ci-dessous :

Facilité d’adoption

La création d’une adresse Bitcoin est facile, rapide, et pour la plupart ne nécessitent aucun prérequis. Aucune vérification d’identité, de dépôt minimum ou d’autre condition que pourrait exiger une banque.

Liberté de paiement

Il est facile de transférer de l’argent sur plusieurs continents sans intermédiaire. Les transactions en bitcoins ne sont pas affectées par les restrictions et limites de paiement, les grèves ou les jours fériés des banques.

Frais de transaction très faibles

Pour les paiements effectués en bitcoins, les frais de transaction sont en effet minimes, voire proches de zéro. Les frais dépendent de la rapidité avec laquelle la transaction doit être effectuée, une personne doit payer des frais de transaction plus élevés si elle veut que la transaction soit plus rapide.

Moins de risques pour les commerçants

Les transactions en bitcoins sont sûres, irréversibles et elles ne détiennent aucune information personnelle sur les clients. Cette caractéristique protège les vendeurs de pertes causées par des activités frauduleuses.

Des transactions plus rapides

Les transactions en bitcoins sont très rapides par rapport aux secteurs bancaires. Elles peuvent être traitées en moins de 10 minutes. Les services de cartes de crédit ou de portefeuilles numériques, facturent généralement plus cher les services de transaction à confirmation instantanée. Cependant, bien que le traitement soit rapide, le bitcoin a des frais de transaction très faibles.

Les gouvernements centraux ne contrôlent pas le bitcoin

La « monnaie fiduciaire » créée par les gouvernements a la valeur que les banques central lui donne. Ce n’est pas le cas du bitcoin ! Un gouvernement ne peux pas bloquer le bitcoin car il est décentralisé. Le maximum qu’un gouvernement puisse faire serait de l’interdire. Toutefois, le bitcoin conservant sa valeur dans les pays ou lieux où il resterait légal, il pourrait continuer à y être échangé.

Il n’est pas possible de voler vos données de paiement

C’est le principal avantage du bitcoin. Aujourd’hui, tous les achats en ligne sont effectués au moyen d’une carte de débit ou de crédit, dont on vous demande de saisir tous les détails secrets, tels que le numéro de carte, le CVV et autre. Les détails de ces cartes peuvent donc être interceptés et piratés. Les transactions en bitcoins, en revanche, ne nécessitent pas la divulgation d’informations secrètes.

Au lieu de cela, les données du portefeuille sont soit cryptées, soit signées numériquement, et deux clés sont utilisées pour le cryptage : une clé privée et une clé publique. La clé publique de l’adresse Bitcoin est en fait visible par tous, tandis que la clé privée est secrète. Pour envoyer un bitcoin, un code informatique crypté est utilisé pour « signer » la transaction avec une clé publique et une clé privée.

Combien de cryptomonnaies ?

Actuellement, plus de 10.000 crypto-monnaies différentes sont disponibles sur le marché. Certaines d’entre elles sont des clones du bitcoin, d’autres sont des crypto-monnaies basées sur d’autres protocoles (comme par exemple l’Ethereum). Le bitcoin est la première crypto-monnaie. En plus d’être la plus populaire, elle est également la plus chère et représente à elle seule près de 50% de la capitalisation totale des crypto-monnaies.

Nombreux sont ceux qui pensent que le, ou les créateur(s) du bitcoin, Satoshi Nakamoto, détiendrait environ 1 million de BTC, qu’il a extrait au cours des deux premières années suivant le lancement du bitcoin. S’il possédait toujours ces jetons, sa valeur nette avoisinerait aujourd’hui plusieurs milliards de dollars.

En quoi le bitcoin est-il différent des autres Cryptomonnaies ?

Le bitcoin est le meilleur de son genre en termes de sécurité et de décentralisation. Son mécanisme de consensus de preuve de travail en fait la solution la plus adaptée aux applications de paiement. Cependant, pour atteindre cette performance, il a dû sacrifier des caractéristiques comme, entre autres, la flexibilité de son système.

Bitcoin Vs Ethereum

Contrairement à Ethereum, le protocole de création du Bitcoin n’est pas capable d’exécuter des applications complexes, et même s’il le pouvait, il est généralement trop long à concevoir et trop cher à exécuter. La flexibilité du système Ethereum permet d’exécuter facilement des contrats intelligents qui peuvent être utilisés pour faire fonctionner plus rapidement une variété d’applications décentralisées (dapps).

Ethereum, et de nombreux autres Altcoins, utilisent un mécanisme de « Preuve de Service » (Proof of Service – PoS), ou une variante de celui-ci, pour faire fonctionner leurs applications. Ce qui a permis le développement d’une gamme d’applications allant au-delà des simples opérations de paiement : comme la finance décentralisée (DeFi) et les « jetons non fongibles » (Non-Fungible Tokens – NFT).

Financer des projets avec le système DeFi

Hormis les prêts bancaires, des financements alternatifs fleurissent sur le web. Ils contribuent au lancement de projets innovants ou la création d’entreprises à très forte valeur ajoutée. C’est le cas d’ICO (Initial Coin Offering), une forme dérivée de crowdfunding lancée en 2017. Accessible partout dans le monde, l’ICO permet de réaliser une levée de fonds pouvant atteindre des millions de dollars. En outre, la startup EOS a enregistré un record en engrangeant plus de 230 millions de dollars de fonds d’investissement.

La DeFi au Sénégal

Le Sénégal a pris les devants en vulgarisant les prêts en cryptomonnaies via le système de finance décentralisée DeFi. Cette initiative a pour but de favoriser l’inclusion financière. Peu à peu, des services de microcrédits en ligne voient le jour pour subvenir aux besoins de financement des particuliers non bancarisés.

Par le biais de ces systèmes DeFi, les petits emprunteurs peuvent obtenir rapidement un prêt sans subir les contraintes administratives. Ce système de finance décentralisée fonctionne grâce aux pools de liquidités. En effet, il s’agit de fonds prêtés par des utilisateurs qui souhaitent rentabiliser leurs crypto-actifs en vue de gagner des intérêts.

Les pays qui utilisent le bitcoin

Les crypto-monnaies sont de plus en plus populaires. Leur utilisation dans la vie quotidienne est encore très limitée, mais elle se développe.

De nombreux pays développés comme le Royaume-Uni et les États-Unis utilisent les bitcoins comme devises Fiat. Le Japon a également déclaré que le bitcoin était son mode de transaction officiel et a mis en œuvre des politiques fiscales. Le 7 septembre 2021, le Salvador est devenu le premier pays au monde à autoriser le bitcoin comme monnaie légale.

Le bitcoin

Le Nigéria

Certaines parties du monde semblent montrer plus d’intérêt que d’autres. C’est notamment le cas au Nigeria où une étude, basée sur des sondages réalisés dans 74 pays, montre la plus forte acceptation des monnaies virtuelles. Selon cette enquête, 42 % des Nigérians ont déjà utilisé ou possédé des crypto-monnaies.

Si les jeunes Nigérians se précipitent pour investir dans ces actifs, c’est parce que, là aussi, le climat économique difficile leur a fait perdre confiance dans leur monnaie et les formes d’investissement plus traditionnelles.

L’utilisation des crypto-monnaies n’est pas légale au Nigeria mais cela n’empêche pas la première économie d’Afrique de devenir l’un des plus grands marchés de devises numériques au monde.

La Thaïlande et les Philippines, qui auraient déjà au moins 15 bourses de crypto-monnaies (exchange), sont les deux autres pays qui ont le plus adopté cette technologie.

Les crypto-monnaies sont également largement utilisées en Turquie et au Pérou. Alors que la France et les Etats-Unis ont respectivement un taux d’adoption de seulement 5% et 8% de la population…

En Conclusion

À l’exception de ses plus ardents défenseurs, le bitcoin n’est pas encore utilisé comme unité de compte. La technologie blockchain, permet de décentraliser la détention, le commerce et annule les risques de manipulation par les autorités centrales. Pourra-t-elle remettre le pouvoir de l’argent entre les mains de ceux qui le détiennent, plutôt que de ceux qui l’émettent ? S’il est impossible de savoir exactement ce que l’avenir réserve au bitcoin. Il a sans aucun doute joué un rôle moteur dans l’ascension des crypto-monnaies dans la conscience collective. Que l’on préfère suivre les activités du bitcoin depuis les coulisses ou entrer directement dans le jeu. L’histoire du bitcoin continue et nous réserve sans doute d’autres surprises.

A lire également